GUIDE D'ACHAT : TOUT SAVOIR SUR LES PROBIOTIQUES & PRÉBIOTIQUES

ventre

ventre

Les bienfaits des probiotiques

Le terme “probiotique” vient du grec ancien “pro” signifiant “en faveur” et “bios”, “la vie”. Les probiotiques sont ainsi des éléments qui, oeuvrant en faveur de la vie, renferment de multiples bienfaits. Plus précisément, les probiotiques renvoient à deux types d’éléments, à savoir :

  1. Les micro-organismes vivants, également appelés “bonnes bactéries” qui constituent la flore buccale, la flore intestinale, ou encore la flore vaginale et qui sont donc naturellement présents au sein de l’organisme ; 
  2. Les micro-organismes vivants qui, administrés en quantité suffisante au sein de l’organisme par le biais des compléments alimentaires, exercent un effet bénéfique sur ses équilibres internes, et notamment sur ceux de la flore intestinale ou de la flore vaginale. Ces probiotiques, proches des “bonnes bactéries” présentes au sein de l’organisme, constituent ainsi des alliés intéressants pour potentialiser leurs bienfaits naturels. 
    > Retrouvez nos probiotiques.

Les probiotiques englobent l’ensemble des souches bactériennes bénéfiques à la flore intestinale, et a fortiori, à la flore vaginale. Dans l’objectif d’entretenir le mieux possible le bon fonctionnement de l’organisme, un bon équilibre entre les différentes souches de probiotiques, bifidobactéries, lactobacilles, bacilles, saccharomyces, escherichia, streptocoques et entérocoques, est souhaitable. 

 

Les bactéries lactiques, tels que les lactobacilles et les bifidobactéries ainsi que certains streptocoques et entérocoques, proviennent de la production d’acide lactique favorisée par la fermentation. Ces bactéries lactiques sont ainsi présentes dans les laits fermentés, les yaourts, les fromages, certaines viandes et certains poissons, certaines céréales comme le pain au levain, la bière, le riz fermenté, ou encore dans certains végétaux comme les olives, le vin ou le cidre.

 

Les saccharomyces, comme les levures de bière actives ou vivantes (saccharomyces cerevisiae), sont quant à elles des champignons microscopiques apparus suite à une fonction de digestion de sucres, comme l’amidon. Elles donnent naissance à des milieux riches en protéines et vitamines du groupe B.

Tableau récapitulatif des souches de probiotiques

Bifidobacterium 

 

B. animalis subsp. animalis
B. animalis subsp. lactis
B. bifidum
B. breve*
B. bulgaris
B. infantis*
B. longum*

 

 

 

Lactobacillus

 

L. acidophilus
L. delbrueckii subsp. Bulgaricus*
L. casei*
L. farciminis
L. rhamnosus GG
L. gasseri
L. johnsonii
L. paracasei
L. plantarum*
L. reuteri
L. salivarius

Bacillus

B. coagulans

 

 

 

Saccharomyces

S. boulardii

 

 

 

Escheria

E. coli strain (Nissle 1917)

 

 

 

Streptococcus

S. salivarius subsp. thermophilus*

 

 

 

Enterococcus

E. faecium
E. faecalis

 

Les probiotiques, pris sous forme de compléments alimentaires, viennent se loger directement dans la sphère intestinale où ils nourrissent et renforcent la flore intestinale en se comportant comme les bonnes bactéries qui la peuplent. La flore intestinale, constituée d’environ 100 milliards de micro-organismes, les fameuses bonnes bactéries, joue un rôle central dans les équilibres internes puisqu’elle se trouve en contact direct avec de nombreuses ramifications nerveuses et une multitude de vaisseaux sanguins. Souvent considérée comme un véritable deuxième cerveau, la flore intestinale est garante de trois fonctions principales, métabolique, protectrice et régulatrice, et conforte ainsi la bonne digestion, le transit et les défenses naturelles. Elle peut, toutefois, voir son harmonie perturbée par de mauvaises bactéries, ce qui a des répercussions négatives sur le bien-être général.

 

Si les probiotiques sont principalement réputés pour leur action bénéfique sur la digestion et le transit, leurs bienfaits ne se limitent pas à ce champ du bien-être. Agissant comme les bonnes bactéries de la flore intestinale, ils interviennent sur une multitude de fonctions organiques : défenses naturelles, équilibre émotionnel, sensibilités allergiques, phénomènes d’intolérance alimentaire, etc. En participant à l’intégrité de la muqueuse intestinale, ils permettent, en outre, une meilleure absorption et une plus grande assimilation des nutriments et micro-nutriments. 

Fonctions métabolique et régulatrice  
Digestion Lactobacillus lactis
Transit Bifidobacterium longum
Bifidobacterium bifidum
Troubles du voyageur Saccharomyces boulardii seul
ou en association avec Lactobacillus rhamnosus GG

 

Fonction protectrice  
Déséquilibres de la flore intestinale
Défenses naturelles
Lactobacillus rhamnosus
Lactobacillus acidophilus
Lactobacillus casei

 

Fonctions protectrice et régulatrice  
Stabilité de la flore intestinale 
Tolérance alimentaire / allergies
Stress excessif et déséquilbres cutanés
Tous les probiotiques et notamment :
Bifidobacterium bifidum
Lactobacillus lactis

 

Régulation du poids  
Stabilité de la flore intestinale
Action minceur
Lactobacillus gasseri

 

Équilibre féminin  
Déséquilibres de la flore vaginale Lactobacillus acidophilus

 

Le Lactobacillus gasseri est une souche de probiotiques naturellement présente dans le lait maternel humain. Le nouveau-né allaité en reçoit donc dès sa naissance. Favorable au bon équilibre de la flore intestinale, comme tous les probiotiques, et donc bénéfique à la digestion, au transit, et au bon fonctionnement des mécanismes de défense spontanés de l’organisme, le Lactobacillus gasseri détient, en supplément, d’autres vertus, notamment sur la régulation du poids.

 

Cette action régulatrice s’explique par le fait que les déséquilibres affectant les micro-organismes de la sphère intestinale rendent plus difficile la perte poids et peuvent même, dans certains cas, provoquer une prise de poids. Les études récentes sur le Lactobacillus gasseri montrent que cette souche aide à limiter l’absorption des graisses alimentaires, à libérer des molécules qui activent les signaux de satiété réduisant l’appétit, à diminuer le stockage des graisses en stimulant la dépense énergétique.

Les probiotiques peuvent se retrouver sous différentes formes :

  1. Boissons fermentées ou enrichies, comme le kombucha, une boisson traditionnelle asiatique constituée d’une colonie de levures et de micro-organismes. Considéré comme un champignon, le kombucha est simplement porté à macération au sein d’un mélange de sucre et de thé vert. Riche en minéraux et lactobacilles, le kombucha est idéal pour soutenir le bon équilibre de la flore intestinale. 
  2. Produits laitiers fermentés et produits fermentés, parmi lesquels on retrouve les yaourts riches en Lactobacillus bulgaricus et Streptococcus thermophilus, notamment, les laits fermentés bien dotés en Bifidobacterium bifidum, les fromages, les grains de kéfir composés de différents micro-organismes, et enfin les aliments subissant naturellement une fermentation (sauce miso, soja, etc.).
  3. Compléments alimentaires lyophilisés où les probiotiques sont présentés sous forme de poudres ou de gélules. Les poudres permettent aux probiotiques de rejoindre la sphère intestinale de façon plus concentrée en les faisant séjourner moins longtemps dans l’estomac, tandis que les gélules présentent l’avantage de préserver au maximum les probiotiques de l’acidité gastrique. Les gélules gastro-résistantes ou entérosolubles sont à privilégier car elles sont spécifiquement conçues pour résister aux sucs gastriques acides et pour libérer leur contenu au niveau intestinal, lieu d’action des probiotiques. 

Les yaourts et produits fermentés, parce qu’ils contiennent des bactéries lactiques à action probiotique, sont recommandés pour maintenir et renforcer l’harmonie de la flore intestinale, et, par conséquent, pour favoriser toutes les répercussions positives associées au bon équilibre de la flore. A noter que bien que les bactéries lactiques pré-digèrent une bonne partie du lactose présent dans le lait, la consommation de produits laitiers fermentés peut occasionner des troubles digestifs chez les personnes souffrant d’une intolérance au lactose. 

Les probiotiques doivent impérativement être pris en dehors des repas afin que le bol alimentaire ne tapisse pas la muqueuse intestinale et que ceux-ci puissent y adhérer de façon optimale. En cas de prise d’antibiotiques, il est conseillé d’espacer la prise de probiotiques de deux heures minimum. 
Pour une efficacité encore maximisée, il est possible d’associer deux prises simultanées de souches de probiotiques différentes, d’ailleurs consommées sous des formes différentes, poudre et gélules par exemple.

 

Concernant, plus précisément, la posologie, il est important de préciser que les souches de probiotiques doivent être choisies selon leurs bienfaits spécifiques, en fonction des besoins de l’organisme. Elles doivent, ensuite, être consommées en quantité suffisante à chaque prise, c’est-à-dire à hauteur de 9 milliards UFC (Unités Formant Colonies) minimum. Une cure s’étale sur 15 à 20 jours pour un enfant, et sur 1 mois minimum pour un adulte, la cure étant renouvelable aussi souvent que nécessaire, avec possibilité d’enchaîner une cure sur l’autre sans pause.

D’une manière générale, les probiotiques peuvent provoquer une augmentation temporaire des gaz intestinaux chez certains individus. Lorsqu’ils sont consommés en grande quantité, ils peuvent aussi occasionner une légère irritation intestinale en début de traitement. Cas spécifique, la levure de bière vivante peut causer des ballonnements et des gaz intestinaux. Le cas échéant, il est conseillé de commencer la cure par de petites doses à augmenter progressivement afin de permettre à l’organisme de sécréter les enzymes appropriées à sa bonne tolérance. 

kéfir lait fermenté

Les bienfaits des prébiotiques

Les prébiotiques, aliments spécifiques des micro-organismes ou bonnes bactéries de la flore intestinale, aussi dénommées “probiotiques”, se présentent comme des glucides naturels ou sucres complexes naturels d’origine végétale. Constitués de fibres alimentaires solubles, ils ont pour particularité de rejoindre la sphère intestinale, et plus particulièrement le gros intestin, sous une forme intacte. En effet, non assimilables, ils ne sont pas digérés par l’organisme et servent seulement d’énergie aux bonnes bactéries. Ainsi, les prébiotiques vont nourrir et stimuler sélectivement les bonnes bactéries au sein de la flore intestinale. 

Types de prébiotique Sources
Fructo-oligo-saccharides (FOS) Fruits
Inuline ou fructanes Chicorée, pissenlit, artichaut, etc.
Arabinogalactanes Écorce de mélèze
Galacto-oligo-saccharides (GOS) Légumes secs
Lactulose Lactose ou fructose + enzyme endogène
Soya-oligo-saccharides (SOS) Légumineuses
Xylo-oligo-saccharides (XOS) Gommes
Isomato-saccharides Levures
Galactomannane Légumineuses

 

inuline

Les prébiotiques, en servant de nourriture aux bonnes bactéries, c’est-à-dire aux probiotiques qui peuplent la flore intestinale, participent au bon fonctionnement de la sphère intestinale. Leur action est centrée sur le développement et la croissance des probiotiques, et ainsi de la “bonne” flore protectrice. Les probiotiques ont aussi des effets positifs complémentaires sur : 

  1. Le confort digestif,
  2. La régulation du transit, 
  3. L’absorption des minéraux, et notamment du calcium et du magnésium,
  4. La ration journalière de fibres,
  5. La régulation de l'absorption des lipides (triglycérides) et des sucres (glucose),
  6. La satiété.

Les prébiotiques peuvent se trouver sous différentes formes :

  1. Boissons concentrées, riches en prébiotiques, qui sont rapidement assimilables par l’organisme et très efficaces pour nourrir la flore intestinale et conforter son parfait équilibre.
  2. Compléments alimentaires lyophilisés où les prébiotiques sont présentés sous forme de poudres ou de gélules.
  3. Gommes à mâcher, pratiques à consommer.

Certains probiotiques peuvent garantir une absence de fibres, ils sont très bien tolérés par les personnes souffrant de troubles intestinaux et de sensibilités au niveau du ventre. Il est aussi intéressant, selon les besoins et les attentes, de privilégier des compléments alimentaires au sein desquels les probiotiques sont garantis sans gluten et sans lactose. La qualité bio est aussi un avantage pour les prébiotiques puisqu’ils garantissent une haute naturalité, gage de concentrations actives élevées et de bienfaits marqués. 

Généralement, les prébiotiques se consomment avant les principaux repas. En cas de prise de compléments alimentaires à base de prébiotiques seuls, il est conseillé de les prendre à bonne distance des compléments alimentaires à base de probiotiques, ces derniers étant consommés à distance des repas. Parce que les prébiotiques associés à des probiotiques, et fortement dosés, peuvent, en début de cure, être à l’origine de gaz et de ballonnements, il est recommandé, au début de la cure, de les consommer à des doses progressives pour atteindre la dose la mieux tolérée par l’organisme.

A cause de la fermentation bactérienne engendrée par les prébiotiques, des gaz se forment, ce qui peut provoquer des ballonnements, des douleurs abdominales ou des diarrhées. Pour éviter tout désagrément, il convient de commencer la cure par de petites doses, augmentées progressivement au cours de la cure. 

Les bienfaits des symbiotiques

Les symbiotiques désignent l’association entre les probiotiques et les prébiotiques, une association qui agit, de manière ciblée, sur l’équilibre de la flore intestinale. Les synergies de probiotiques et de prébiotiques, en apportant conjointement des bonnes bactéries et leur nourriture, améliorent la survie des probiotiques et leur implantation au sein de la sphère intestinale, tout en accroissant leurs propriétés biologiques. Ainsi, les probiotiques métabolisent les prébiotiques et produisent des acides gras organiques qui stimulent la sphère intestinale et limitent ainsi la prolifération des mauvaises bactéries. 

Les symbiotiques détiennent les bienfaits couplés des probiotiques et des prébiotiques. Il est ainsi recommandé de faire une cure de symbiotiques lorsqu’une action renforcée de ces deux éléments vertueux pour la flore intestinale est souhaitée. Certains signes physiques traduisent un déséquilibre de la flore intestinale qui peut nécessiter une telle supplémentation :

  1. Une muqueuse intestinale perméable, irritée ou intolérante, 
  2. Des déséquilibres digestifs récurrents : gaz, ballonnements, transit accéléré ou ralenti, 
  3. Un dérèglement de la flore vaginale, 
  4. Une fatigue excessive,
  5. Des fringales intempestives, 
  6. Un terrain allergique marqué, 
  7. Du stress, de l’anxiété, des troubles de la concentration, 
  8. Une surcharge pondérale. 

Il peut être également pertinent de prendre une supplémentation simultanément à un traitement antibiotique, celui-ci entraînant un déséquilibre de la flore intestinale. Il convient tout de même de demander conseil à un médecin au préalable sur l’association envisagée.

Les probiotiques et les prébiotiques peuvent être proposés ensemble sous différentes formes : poudres, gélules ou encore comprimés. La multiplicité des formes permet à chacun de pouvoir trouver la formule qui convient à ses besoins et à son style de vie. 

  1. Les poudres, soigneusement renfermées au sein de sachets, présentent une bonne adhérence digestive. Faciles à transporter et à consommer, elles peuvent être intégrées à des yaourts, des compotes, notamment en cas de difficultés à la prise, chez les jeunes enfants ou les nourrissons par exemples.
  2. Les gélules, faciles à prendre, car sans odeur ni saveur, ont parfois l’avantage d’être dotées d’un enrobage gastro-résistant permettant une libération ciblée des composants, au niveau digestif. Pour en faciliter la prise par les enfants, il est possible de les ouvrir afin de verser le contenu dans une boisson ou une préparation appréciée des enfants. 
  3. Les comprimés à croquer sont également d’un emploi facile et permettent une prise en toute discrétion. Ils se conservent parfaitement, grâce à leur forme sèche, et agissent rapidement. 
  4. Les solutions liquides permettent, quant à elles, une personnalisation et une adaptation de la dose, progressive ou dégressive, selon les besoins. D’une action rapide, ces solutions liquides n’occasionnent pas de problème de déglutition.

Le premier critère de qualité est le nombre de micro-organismes contenus dans le complément alimentaire, sachant que l’OMS, Organisation Mondiale de la Santé, recommande un minimum d’environ 1 milliard de germes par gramme de poudre. Le second critère est la combinaison de souches variées en germes puisqu’elle permet une meilleure efficacité de la synergie probiotiques / prébiotiques, en démultipliant, en quelque sorte, les “compétences” des bactéries.

 

Les probiotiques et les prébiotiques doivent, ensuite, être garantis sans gluten, sans sucres et sans protéines animales afin de ne pas favoriser les incompatibilités. Le label agriculture biologique est un gage supplémentaire de qualité, notamment de naturalité du complément alimentaire et de concentration des actifs.

Pour une efficacité optimale, les symbiotiques, synergies de probiotiques et prébiotiques, doivent être consommés à distance des repas. Leur efficacité peut, en effet, être entravée par la présence du bol alimentaire au sein de la sphère intestinale.

gélules

Il est nécessaire de prendre quelques précautions avant la réalisation d’une cure simultanée de probiotiques et de prébiotiques. Il ne faut pas utiliser les probiotiques et les prébiotiques sans avis médical, notamment en cas d’affaiblissement du système immunitaire dû à une maladie ou à un traitement médical (corticothérapie, chimiothérapie, radiothérapie), et en cas de vomissements ou de diarrhées contenant du sang. 
 

Aucun effet indésirable à la prise de symbiotiques n’a été rapporté à ce jour.