"Toute la nature à portée de clic"
Partagez cet article
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google +

Nos conseils pour passer à l'heure d'été en douceur

Nos conseils pour passer à l'heure d'été en douceur

L’hiver arrive à son terme et les jours de plus en plus longs nous rappellent l’imminence du printemps, le 20 mars. Ce changement de saison souvent attendu, puisque synonyme de beaux jours et de douceur, s’accompagne également du changement d’heure, programmé le 25 mars prochain, où les montres vont être retardées d’une heure. Ainsi, à 2 heures du matin, dans la nuit de samedi à dimanche, les montres devront être avancées de 60 minutes afin de les régler à 3 heures. Nous « perdrons » ainsi une heure de sommeil, au profit d’un ensoleillement quotidien plus long, puisque mécaniquement, nous gagnerons une heure de lumière en fin de journée… Le rythme biologique se voit donc, une fois de plus, perturbé, et l’organisme peut ressentir une certaine fatigue qu’il convient donc d’atténuer, même si sur le plan émotionnel, une plus grande luminosité sera porteuse d’un plus grand bien-être émotionnel. 

La fatigue ressentie à l’occasion de la perte d’une heure de sommeil le matin n’a, fort heureusement, rien d’inéluctable. Il est possible d’anticiper et d’atténuer les effets de ce déséquilibre en préparant l’organisme par un changement progressif, mais aussi à l’aide de produits naturels qui viennent en renfort des équilibres internes. Il est ainsi conseillé d’aider son corps à sortir en douceur d’une certaine léthargie hivernale et à l’encourager à profiter au mieux de cette luminosité accrue qui s’offre à nous. 

 

 La vitalité débordante 

Il est essentiel, pour mieux vivre le changement d’heure, de retrouver ou de garder un bon état de forme générale. Cela s’accompagne évidemment d’une alimentation saine, variée et équilibrée, avec des apports nutritionnels véhiculés par des super-aliments et super-fruits offerts gracieusement par la nature et dont il serait dommage de se priver. Dans le cas où la fatigue est persistante, une cure de minéraux et oligo-éléments, des acides gras de type polyinsaturés et monosaturés, précieux au bon fonctionnement de l’organisme,  peut s’avérer utile. Enfin, pourquoi ne pas anticiper ce changement d’heure en reculant progressivement son réveil de quelques minutes quelques jours avant le moment fatidique ? Les adeptes de la grasse matinée devront certes fournir un effort supplémentaire, mais au final, la difficulté est amoindrie.  

J’atténue la fatigue persistante avec une cure d’eau de mer purifiée

Il arrive qu’au passage à l’heure d’été, la fatigue persiste et s’installe, un phénomène nuisible au bien-être physique et psychologique. Dans ce cas les compléments alimentaires peuvent réduire nos éventuels déficits en minéraux et oligo-éléments, responsables en partie d’un manque d’allant général. L’eau de mer purifiée prélevée des profondeurs de l’océan contient un plasma marin, véritable trésor de bienfaits fortifiants pour le corps. Un procédé de microfiltration à froid préserve le caractère « vivant » de l’eau de mer afin d’en préserver toutes les propriétés exceptionnelles.  Elle permet ainsi de rééquilibrer la nutrition cellulaire et de reminéraliser l’organisme en éliminant les toxines, idéal au moment fatidique du changement d’heure et à l’arrivée des beaux jours. 

Je recharge mes batteries avec des super-aliments 

La nature regorge de super-aliments et de super-fruits, à la richesse nutritive incomparable, et qui peuvent répondre aux apports journaliers recommandés et apporter vitalité et forme à l’organisme. C’est le cas de certains légumes particulièrement nutritifs, d’algues hyper-protéinées, de certains fruits, véritables réservoirs à antioxydants. Ainsi, la chlorelle, très riche en protéines, constitue un aliment végétal de premier ordre. Cultivée en eau douce, cette micro-algue contient une quantité importante de chlorophylle et des sporopollénines dans la paroi de ses cellules, qui permettent d’oxygéner l’organisme mais aussi de capter par chélation puis d’éliminer les toxines prisonnières de l’organisme par les voies naturelles. Ainsi, elle est particulièrement indiquée pour « détoxiner » l’organisme, parfait pour le changement de saison. Voisine de la chlorelle, la klamath est également une micro-algue dont la pureté incroyable et ses teneurs nutritionnelles en font une alliée de choix pour retrouver sa vitalité. Ainsi, elle contient des polysaccharides spécifiques, des oligo-éléments rares tels que le sélénium, le germanium, le gallium et le vanadium, bénéfiques pour les équilibres internes, mais aussi de la phényléthylamine, active dans la production naturelle de dopamine. Les super-baies pleines de couleurs comme le goji, originaire des hauts-plateaux de l’Himalaya, regorgent d’antioxydants et de nutriments exceptionnels. D’autres baies comme les myrtilles, qui nous sont davantage familières, s’avèrent riches en polyphénols aux propriétés assainissantes et favorables au bon fonctionnement de la sphère digestive et au bien-être général. Certaines plantes présentent quant à elles des vertus stimulantes, telles que la maca, qui présente des propriétés toniques pour la vitalité de tout l’organisme.

Je retarde mon réveil progressivement

Puisque les parents le font pour leur bébé, retardant son coucher par tranches de 10 minutes afin de le préparer au changement d’heure, pourquoi ne pas appliquer cette technique aux adultes ? Il est ainsi recommandé de retarder son réveil de 15 minutes, les quatre jours précédents la date du changement d’heure. Ainsi, le changement est moins brutal, se fait en douceur, et l’horloge biologique se conditionne progressivement au nouveau rythme. Pour les gros dormeurs, psychologiquement, l’effort semble moins insurmontable ! 

 

Le sommeil retrouvé

Inutile de se voiler la face, le plus difficile, dans le changement d’heure, réside dans le ressenti d’un manque de sommeil, inhérent à celui-ci. L’horloge biologique perturbée, il est essentiel de la remettre… à l’heure. D’autant que si la luminosité grandissante présente un effet bénéfique évident sur le moral,  elle peut aussi devenir un piège redoutable lorsqu’elle retarde trop notre envie de dormir. Pour cela, il existe des astuces naturelles et de bonnes habitudes à prendre dès le 20 mars, en vue de préserver notre précieux sommeil et de ne pas trop en priver l’organisme. 

Je fais une cure de griffonia pour le sommeil

Le changement d’heure s’accompagne malheureusement pour certaines personnes de troubles du sommeil sévères voire d’insomnies, qui peuvent devenir permanents. Le griffonia plante d’Afrique, est apprécié pour ses vertus apaisantes, son rôle contre l’anxiété, le stress, et pour aider à lutter contre les insomnies. En effet, elle est particulièrement riche en 5-HTP ou hydroxytryptophane, un acide aminé qui favorise la production de sérotonine, favorable au sommeil. Un sommeil serein et réparateur est la clé pour se sentir en forme toute la journée d’après. 

J’accompagne mes fins de soirée d’infusions apaisantes

Il est recommandé d’adopter certains rituels de fin de soirée afin de préparer son corps à la phase cruciale de l’endormissement. Certaines plantes comme la racine de valériane, le houblon ou encore la passiflore constituent, prises sous forme d’infusion, des aides précieuses et plus douces que les compléments alimentaires pour se préparer inconsciemment à la nuit à venir. En effet, chacune de ces plantes contient des molécules favorisant le sommeil et l’apaisement de l’esprit, élément préalable à un sommeil naturel et serein.

Ne pas trop retarder l’heure du coucher 

Avec les journées plus longues en termes d’ensoleillement, l’heure du coucher peut être légèrement retardée. Or ce temps grignoté sur le sommeil s’additionne avec l’heure de sommeil de moins le matin… L’organisme ainsi privé de sa quantité optimale de sommeil réparateur peut rapidement contracter une dette de sommeil et accumuler de la fatigue. En effet, l’horloge biologique contrôle l’alternance des périodes d’activité et de sommeil. Le cycle biologique est ainsi régulé sur une durée de 24 heures et donne ainsi le tempo de la journée, apportant une certaine stabilité chez l’individu. Perturber l’horloge biologique revient à perturber, par ricochet, les cycles du sommeil, un problème difficile à résoudre ensuite, d’autant que le fait de dormir davantage le week-end ne suffit pas à récupérer la totalité de ses capacités (mémoire, concentration…), ainsi altérées. L’horloge biologique risque d’être profondément perturbée et il convient non seulement d’éviter de retarder son coucher mais surtout, de conserver tant que possible son heure habituelle. Enfin, une petite sieste de 20 minutes le week-end, pas plus afin de ne pas s’empêcher de trouver le sommeil le soir, peut s’avérer bénéfique pour l’organisme. 

 

Le plein de lumière 

Pendant les longs mois d’hiver, une certaine paresse a pu nous inciter à nous confiner dans la chaleur des intérieurs douillets. La lumière est essentielle dans la synchronisation de notre horloge biologique, mais dans l’équilibre émotionnel. Une exposition suffisante la journée influence la qualité du sommeil le soir. En outre, la pratique d’une activité physique régulière, de préférence en plein air pour s’oxygéner et en profiter pour faire le plein de lumière est également recommandée pour retrouver une forme générale et un bon moral ! L’association des deux, activité physique et lumière constitue le meilleur régulateur de l’horloge biologique. 

Je pratique une activité physique régulière en plein air 

Le passage à l’heure d’été, par l’ensoleillement journalier plus long qu’il induit, favorise les activités physiques en plein air. Les sportifs peuvent choisir, en fonction de leur préférence mais aussi de leur emploi du temps, de pratiquer une activité le matin avant d’aller travailler, idéal pour s’extraire du brouillard cotonneux de la nuit, surtout lorsque celle-ci a été raccourcie, ou le midi, lors de la pause déjeuner, si celle-ci est suffisante. Un échauffement progressif est recommandé dans les deux cas. La lumière combinée à l’exercice, même doux, provoquera dans l’organisme la sécrétion de l’endorphine, l’hormone du bonheur, gage de bien-être tout au long de la journée. Mieux, l’activité physique aide à trouver le sommeil le soir venu. Pour ceux qui n’ont d’autres choix que de pratiquer le sport le soir, il est recommandé d’éviter toute pratique intensive passé 22 heures, au risque de provoquer un effet excitant sur l’organisme. Si la pause sportive peut se faire juste avant le coucher du soleil, l’organisme pourra ainsi tout de même profiter de la lumière, même adoucie !

Préparer sa peau au renouveau printanier 

La douce lumière du printemps qui s’avance encourage à offrir sa peau au soleil, en particulier son visage, dont le teint un peu terne de l’hiver, provoqué par la privation de lumière et les agressions du froid, est vite remplacé par un joli teint de pêche. Il convient toutefois de se montrer prudent, une exposition trop soudaine au soleil pouvant brusquer la peau encore endormie. Une cure d’urucum peut préparer la peau au soleil. Cette plante dont les graines donnent une poudre de couleur rouge s’avère très riche en bêta-carotènes et antioxydants, en vitamine E, sélénium et polyphénols, utiles pour préserver l’organisme des méfaits des radicaux libres responsables du vieillissement de la peau. Utilisé en cure, l’urucum va donc préparer la peau, la protéger du soleil et favoriser l’apparition d’une bonne mine, signe de parfaite forme à l’approche du printemps ! 

Commentaires

Aucun commentaire à afficher

Poster un commentaire

Nom :
Recopiez le code ci-dessous :
Captcha
Recharger l'image
Commentaire :
Santeonaturel Nos experts vous répondent
Notre atout : Conseils et suivis
Nos experts Onatera.com se chargent de sélectionner les meilleurs produits naturels disponibles sur le marché mais aussi de vous conseiller.

Ces articles peuvent
vous intéresser...

Onatera.com